Fédération départementale pêche 49
Facebook Fédération de pêche Sous les lignes

test mpa

Bienvenue sur le site de Fédération de Maine et Loire

Consultation pour une évolution de la règlementation

Comment pêcher plus et gérer mieux, dans le respect des espèces et des milieux

 

Depuis une dizaine d’années, les vœux des AAPPMA, des Fédérations départementales, relayés par les Union Régionales auprès de la Fédération Nationale pour la Pêche en France (FNPF), ont permis d’élaborés le Schéma National de Développement du Loisir Pêche (SNDLP) et de définir une réflexion sur l’adaptation de la réglementation de la pêche en eau douce.

De plus, les associations représentatives de pêche spécialisées, sportives et les acteurs économiques (fabricant et détaillant d’articles de pêche) ont été associés à cette réflexion.

Ainsi la FNPF a souhaitée analyser la réglementation, afin de suivre les tendances actuelles de l’exercice de la pêche.

Cette phase de constat et de réflexion doit permettre à tous les pêcheurs de porter un jugement et de donner leur avis sur les propositions de modification de la réglementation émises par la FNPF. Rappelons de la loi sur l’eau et les milieux aquatiques de 2006 à renforcée le rôle et les missions des structures associatives de la pêche de loisir (AAPPMA, FDAAPPMA, …) à savoir :

–          La protection des milieux aquatiques (aménagements, restauration,..), la mise en valeur et la surveillance du domaine piscicole (garderie),

–          Le développement durable de la pêche amateurs, et la mise en œuvre d’actions de promotion du loisir pêche (atelier pêche nature, actions d’éducation à l’environnement, manifestations,…).

Il s’agit donc de vous présenter une synthèse du document de la FNPF, axée sur les points concernant la réglementation de la pêche et de vous préparer à l’enquête nationale prévue prochainement.

Les décisions qui seront prises par les instances de la pêche de loisir à l’échelle nationale avant la fin de l’année 2013, se feront en considération de l’ensemble des expressions recueillies dont, de façon majeure, celle des pêcheurs.

Pour ce faire, nous vous rappelons l’importance de vous exprimer sur ses sujets qui seront prochainement disponibles sur le site internet de la Fédération de Pêche de Maine et Loire, sous forme de questionnaire.

1-      Pêche en 2ème catégorie :

1-1    Etude sur la possibilité de pêcher toute l’année, en remettant à l’eau certaines espèces pendant leurs périodes de protection spécifiques. Rappelons que cette proposition entraine inexorablement le problème du braconnage et surtout des risques de mortalités liés à la manipulation des géniteurs durant leur période de reproduction.

1-2    La mise en place de quotas fixés par espèces (celles à forts enjeux piscicoles ou halieutiques) et adaptables à chaque région.

1-3    Organiser une réflexion sur l’évolution des tailles de captures au regard du nombre de demandes émanant des vœux associatifs des AAPPMA.

1-4    Ouverture de la pêche du silure la nuit sous réserve d’utiliser des appâts règlementés (pellets spécial silure). Cette espèce attire de plus en plus d’adeptes qui souhaitent voir évoluer la réglementation, en faveur de cette pêche spécialisée.

1-5    Modification du nombre de cannes autorisées en 2ème catégorie.

 

2)- Pêche en 1ère catégorie :

2-1  Modification des périodes d’ouverture sur les plans d’eau de 1ère catégorie majoritairement peuplés  d’espèces de 2ème catégorie.

2-2 Le brochet, espèce classée vulnérable, est naturellement présent dans certains cours d’eau de 1ère catégorie. En conséquent, doit-on le protéger indépendamment du classement des cours d’eau ?

3)- Pêche et technique :

3-1 Utilisation d’une seule canne pour les détenteurs de cartes découvertes (« découverte femme » et « découverte -12 ans »). Cette solution est déjà appliquée en Maine et Loire.

3-2 Suppression de la limitation du nombre d’hameçons triples sur les leurres, au bénéfice des fabricants d’articles de pêche qui proposent de nombreux modèles munies de trois hameçons triples.

3-3 La pêche à la traine, interdite à ce jour, a généré nombre d’interprétations et de contentieux, notamment par l’émergence de nouvelles techniques liées à l’utilisation des moteurs électriques. Doit-on considérer que sa libéralisation est pertinente ?

3-4 La perche-soleil est classée comme « espèce susceptible de créer des déséquilibres biologiques ». Pour certain, ce classement ne se justifie plus et cette espèce joue un rôle dans l’apprentissage de l’exercice de la pêche.

 

Ainsi vont les réflexions nationales sur la réglementation de l’exercice de la pêche en France. Fondées ou non, ces orientations doivent impérativement refléter l’ensemble des pratiquants et prendre en compte le respect de toutes les espèces piscicoles. Pour ce faire, nous vous invitons à vous prononcer sur ces sujets dès la mise en route du questionnaire.