Description de l'image

Prévention contre les cyanobactéries

Publié le 31/10/2017

Avec l’installation des chaleurs estivales et la baisse du niveau des eaux dans la Loire et les rivières, des cyanobactéries sont susceptibles de se développer dans les zones où le courant et la profondeur sont faibles et où la transparence de l’eau laisse entrer les rayons du soleil.

Suite aux événements 2017, notamment sur la Loire et le Louet, la Direction Départementale de la Protection des Populations vient de créer un réseau de surveillance avec les différents usagers afin d’avoir une meilleure connaissance du milieu et de son évolution au cours de la période d’étiage.

Il existe plusieurs sortes de cyanobactéries, dont la prolifération ne constitue pas le même risque.

On distingue essentiellement :

– les cyanobactéries planctoniques : elles se développent là où il y a de l’azote et du phosphore, qui créent localement des développements très abondants en surface rendant l’eau verte ou bleue. Leur concentration est notamment surveillée dans les eaux des captages d’eau potable et des baignades concernées par ce risque, pour les risques sanitaires qu’elles peuvent provoquer ;

– les cyanobactéries benthiques : elles se développent sur le fond, dans des eaux claires, même avec un faible niveau de nutriments. Elles forment un biofilm qui se décolle et vient flotter à la surface ou s’accumuler sur les grèves sous forme d’amas noirâtres. Ce type de cyanobactéries produit des toxines dangereuses pour le système nerveux et hépatique. C’est lui qui a été à l’origine de l’intoxication et du décès de plusieurs chiens durant l’été 2017.

Si les conditions d’étiage ne sont pas les mêmes cette année (niveaux d’eau plus élevés), des mesures de surveillance du milieu ont été mises en place pour détecter les phénomènes anormaux et informer le public en cas de risque.

Retrouvez ci-dessous des documents explicatifs sur les cyanobactéries : – Cyanobactéries : questions – réponses ? – Prévention contre les cyanobactéries – Article paru sur le site du Département de Maine-et-Loire : http://www.maine-et-loire.gouv.fr/avec-la-chaleur-quel-risque-de-contamination-par-a6015.html

ut sed elit. Donec et, Praesent justo Donec odio neque. mattis